• Essai piézométrique

5. Essai piézométrique

  1. Mesures exploitables.

Relevé précis du niveau d’eau d’une nappe souterraine par rapport au terrain naturel et à un niveau de référence.  Il est important, dans une étude de sols, de préciser le niveau de la nappe et d’indiquer l’influence de ce niveau sur le déroulement des futurs travaux et lors du fonctionnement du futur ouvrage à construire.

  • Méthodologie.
  • Forage du trou à la profondeur souhaitée.  Le diamètre du forage doit être supérieur d’au moins 5cm à celui du tube piézométrique.  La cavité est exécutée par forage à l’abri d’un tubage provisoire si la tenue des terrains n’est pas assurée. 
  • Remplissage entre le tube piézométrique et le terrain avec un matériau perméable sur la hauteur de la partie crépinée augmentée de 0,50m au moins.
  • La partie supérieure du forage est comblée d’un matériau peu perméable, généralement bouchon de granulés d’argile expansive.

Un délai de repos d’au moins un jour pour les sols perméables et d’au moins une semaine pour les sols peu perméables (k<1.10-5 m/s) est à observer après la mise en place du tube piézométrique.  Dans le cas de sols peu perméables, la vérification du fonctionnement du piézomètre doit être faite en le vidant et en observant la remontée de l’eau.

  • Accessibilité.
  • En cas de sols meubles et pour des piézomètres de faible profondeur (<4m), il est possible de réaliser les cavités à l’aide de machines pour essais dynamiques (voir fiche : Sondage au pénétromètre dynamique).
  • En cas de sols plus compacts ou pour des profondeurs >4,00m, il est nécessaire d’utiliser une machine de forage plus puissante (voir fiche : Forages)

BGNS